Catégorie : Evénements

Robert Ramser sous la plume de Charles-Henri Favrod

Les montagnes chinoises paraissent idylliques mais la vie y est rude. Il y a quelques années seulement, la famine sévissait en hiver en l'absence de récoltes suffisantes. Aussi les jeunes préfèrent-ils quitter la condition misérable des paysans et s'en aller chercher du travail dans les usines de la côte orientale.

Voilà trente ans que Robert Ramser est pèlerin de l'Asie traditionnelle en péril. Car le tourisme et ses méfaits s'insinuent dans ce qui fut longtemps un sanctuaire immémorial. A ce titre, le photographe capte ce qui va disparaître et préserve de l'effacement. Il le fait avec une grande délicatesse, un constant respect, une approche sensible, une obstination aussi qui l'honore, car il sait que le temps presse dans ce grand naufrage du patrimoine.

Après une longue quête himalayenne (dans les anciens royaumes du Zanskar, du Ladakh, du Sikkim, du Bhoutan), après des itinéraires birmans, il a exploré les minorités du sud-ouest de la Chine, celles que la progression des Han a éloignées des plaines du nord vers les austères montagnes méridionales.

Là, il a établi un rapport juste avec ces rescapés. Son regard sur le regard des gens témoigne de sa qualité à établir le contact et à le restituer.

Robert Ramser est un mémorialiste discret et par là-même incomparable.
Il révèle et signifie. J'admire beaucoup sa démarche.

Galerie photos de Robert Ramser